Un district à Paris

Retour à la liste des actus

Les clubs parisiens et le Comité Départemental de Paris de football ont obtenu gain de cause.

Le 24 mai 2011, le Tribunal de Grande Instance de Paris a fait injonction à la Fédération Française de Football de créer le District de Paris de Football.

Nos objectifs sont toujours les mêmes. Relancer le football amateur à Paris, organiser et contrôler les compétitions, assurer les formations de cadres techniques, développer le rôle social et éducatif de notre sport au travers de manifestations sportives.

Nous reviendrons vers vous rapidement afin de vous informer de la suite de la procédure et de la mise en place de notre District de Paris.
 

Un district de football à Paris
 

1/ une création nécessaire au football parisien

Le football à Paris dépend aujourd'hui de la Ligue de Paris Ile de France de Football (LPIFF) et des trois districts des départements limitrophes ( 92, 93, 94).
Au plan juridique, selon les statuts de la Fédération Française de Football pris en conformité avec la loi du 16 juillet 1984 modifiée et ses décrets d'application, le ressort d'un district doit être départemental sauf si une dérogation a été demandée. Or, Paris n'a jamais fait l'objet d'une demande de dérogation.

Depuis janvier 2004, de nouveaux statuts-types ont été publiés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Ceux-ci prévoient toujours un découpage départemental, ce qui implique donc toujours l'existence d'un district.

Le Comité de Football de Paris ( CDPF) a donc comme objectif d'obtenir la création d'un district de Football à Paris, regroupant près de 350 clubs parisiens et 22 000 licenciés.

Cette création concerne l'ensemble des clubs de Paris (libres, critériums, foot-entreprise, futsal..) mais n'entraînera pas de changements sportifs pour ceux qui font un championnat régional sous l'égide de la LPIFF.

En effet, le système actuel engendre de nombreux désagréments pour les clubs parisiens. De multiples arguments plaident se dégagent pour la création d'un district parisien :

- Paris est découpé, à l'heure actuelle en fromages, répartis en trois districts, et n'a aucune existence autonome, les clubs se sentent comme des " étrangers " conviés à des championnats dans des départements qui ne peuvent connaître les mêmes problèmes.. Terrains d'entraînements, transports, fermetures certaines soirées de vacances scolaires...

- En ce qui concerne l'occupation des terrains, les districts remettent des journées complètes en certaines occasions pour des raisons de protection compréhensible lorsqu'il s'agit de terrains engazonnés mais cette décision ne s'impose guère à Paris et occasionne de multiples problèmes d'occupations lors des journées remises, entre les différents clubs se partageant les mêmes aires sportives.

- PROMOTION : à l'issue de chaque saison sportive, une équipe de Paris dans chaque catégorie connaîtrait une montée en ligue. Après il lui appartiendrait de faire l'effort pour se maintenir ..nos clubs ne sont pas plus faibles que ceux des départements limitrophes, mais sont à l'heure actuelle, noyés dans leur district respectif. PARIS ne compte que trois clubs jouant en Ligue dans la catégorie Seniors et quatre clubs ayant toutes leurs équipes de jeunes à ce niveau (contre quatorze en Seine-Saint-Denis...!).

- De très larges avancées techniques par un travail facilité pour le CTD Paris, des sélections permettant de faire les inter-districts dans toutes les catégories où ils se déroulent à l'heure actuelle (y compris le Foot-entreprise !), permettant l'apparition d'un esprit commun , des formations accrues et de niveaux variés...

- L'apparition d'un nombre important de bénévoles pour former des commissions étoffées dans tous les domaines. Ce qui entraînera la participation de tous les clubs le désirant, à la construction commune. De plus le siège étant situé à Paris, les déplacements pour s'y rendre seront moins conséquents.

- Les actions de lutte contre la violence dans le sport ou les actions éducatives sur Paris n'ont pas d'interlocuteur unique ou clairement identifié. Quand ils existent, ils sont éloignés et leur multiplicité empêche de monter des opérations coordonnées ou de bâtir sur le moyen terme. Par exemple, il n'y a pas de possibilité pour le football parisien de signer de conventions d'objectif avec la DRDJS ou avec la ville de Paris.

- La situation actuelle empêche le développement d'actions multiples, vers les petits clubs de quartier nombreux à Paris, mais qui ont de faibles effectifs, et donc peu de moyens financiers et matériels.

- Les transports enfin, seront facilités en championnat notamment pour les équipes de jeunes qui bien souvent doivent louer des cars pour jouer dans leur district respectif et qui n'auront à effectuer, en général, que de courts déplacements...
 

2/ Les installations sportives

L'étude des besoins montre qu'il n'y aura pas de problème d'occupation de terrains pour les rencontres. En effet il y a assez de terrains intra-muros homologués ou homologables aux portes de Paris (43), dans les plaines de jeux (38) et éventuellement les parcs départementaux (60), tous ces terrains étant d'ailleurs déjà utilisés actuellement.

D'ici 2006, tous les terrains parisiens auront été modernisés.
 

3/ Les arbitres

Il faudra environ 120 arbitres pour couvrir les compétitions. Nous comptons actuellement 220-230 arbitres parisiens dans les trois Districts qui officieront pour le compte du District de Paris. De plus, les clubs ont des obligations réglementaires concernant l'arbitrage.
 

4/ La structure technique

Les actions de formation:

Le District de Paris assurera des actions de formation dont la majorité est déjà assurée par le CDPF

- Jeune animateur
- Accompagnateur d'équipes
- Animateur football de quartier
- Initiateur 1er niveau
- Initiateur de 2ème niveau
- Animateur senior
- Les sections sportives
- Le football en milieu scolaire
- Le Futsal
- Des journées de formation de cadres
- Des formations d'arbitres

Les actions techniques:

Le District de Paris assurera des actions techniques dont la majorité est déjà assurée par le CDPF

- Les stages de perfectionnement
- Les rassemblements et sélections de jeunes joueurs
- Les tournois et manifestations sportives
 

5/ La structure administrative

Elle sera identique à celle mise en place par tous les Districts et répondra aux statuts de toute association de loi 1901: un Comité Directeur un Président, un Bureau, des Commissions. Il sera fait appel au volontariat, basé sur le bénévolat et à un certain nombre de permanents (responsable administratif, secrétariat, éducateurs…).
 

6/ La structure interne du District

Le Comité Directeur du District sera composé de 15 membres élus pour 4 ans.

Le bureau sera composé de :

- un Président
- un vice Président délégué
- un vice Président
- un Trésorier général
- un Trésorier adjoint
- un Secrétaire général
- un Secrétaire adjoint
 

7/ Le projet financier

Le projet de création du District de Paris s'accompagne bien légitimement d'une étude de faisabilité entreprise non seulement au niveau sportif mais aussi au niveau de la gestion de celui-ci. Un District à Paris est-il capable de générer les recettes suffisantes pour pouvoir poursuivre son objet, gérer les compétitions de football concernant les Clubs Parisiens ?

Les recettes liées à l'activité du District seront:

- Les cotisations des Clubs
- Les droits d'engagement des Clubs dans les compétitions officielles (Championnat et Coupes)
- Les quotes-parts sur la vente des licences et des imprimés de démission
- Les droits de réclamation et d'appels
- Les amendes infligées aux Clubs
- Les abonnements au journal hebdomadaire du district
- Les subventions en provenance de la LPIFF
- Les subventions de la puissance publique (Mairie de Paris, DDJS, FNDS,…)
Les charges liées à l'activité du District seront:

- Les charges locatives et d'entretien quotidien des locaux administratifs
- Les charges salariales occasionnées par une présence permanente et active de salariés permanents
- L'intendance : imprimerie pour documents officiels, journaux, matériel de bureau, téléphone, minitel, Internet, etc...
- Les formations et la mise en place des stages (cadres techniques, arbitres, bénévoles...).
- Les détections, sélections et la logistique d'accompagnement.
- Les manifestations et réceptions sportives ou culturelles permettant le développement du Football à Paris.

Le District de Paris jouira donc d'une autonomie sportive, administrative et financière.